Slideshow

23 février 2008

De l'art de s'emmerder devant les Césars, par Antoine de Caunes

"Vive le cinéma". C'est ainsi que se termine chaque année depuis 33 ans la cérémonie des Césars (remise de prix et auto-congratulation du microcosme cinématographique frenchy).
Cette année elle m'aura vraiment laissé un goût amer. L'année dernière je n'avais pas pu la regarder, n'étant pas en France. Je me souviens de bonnes tranches de rigolade généreusement distribuées par Gad Elmaleh, Alain Chabat, ou dans une moindre mesure, Valérie Lemercier (ils ont tous officié comme maître de cérémonie). Cette année c'était Antoine de Caunes, qui reprenait le flambeau après 9 ans de repos.
Et bien franchement il aurait pu nous éviter ça: il avait l'air de s'emmerder plus que nous, toutes ces pseudo-blagues tombaient à plat, elles n'étaient pas drôles, et semblaient ne faire rire que les afficionados de sa période dorée à Canal Plus avec José Garcia. On n'est plus dans les années 90! Manque d'enchaînement, situations embarassantes où on avait pitié pour De Caunes qui visiblement a manqué d'inspiration pour cette soirée (peut-être s'y est-il pris au dernier moment?). Bref, je me demandais ce que je faisais devant ma téloche, pour une fois que je la regardais tiens.
Par pitié, changez moi ça pour l'année prochaine, que l'on retrouve un(e) maître de cérémonie décomplexé(e) et qui fasse rire l'assistance et les téléspectateurs, comme John Stewart aux Oscars!


PS: le bon moment de la soirée a été le césar de la meilleure actrice pour Marion Cotillard et son rôle dans "la Môme". Récompense amplement méritée. Dommage que le film n'a pas remporté non plus le César du meilleur. Ce fut "la graine et le mulet". Oh well.

Source photo: AFP sur 24h.ch

1 commentaire:

Sheily a dit…

Je découvre ce blog aujourd'hui même et constate que nous avons une phrase en commun! Au plaisir de te lire.